Taille

Samedi 13 juin 2020 – Cours avec Pierre Xuereb

Cet hiver trop doux ne présage rien de bon pour nos arbres fruitiers. Par exemple, les cochenilles meurent en dessous de -5° mais cette température n’a pas été atteinte partout dans le département.

Voici quelques uns des conseils du jour :

– Il est essentiel d’éclaircir les fruits après l’éclaircissage physiologique qui se termine vers la mi-juin
– Nous avons vu que les formes dites « pleureuses » font des grappes de fruits en bout de branche. – laisser 5 fruits max par centimètre carré de section de branche – ou alors, se servir d’un équifruit pour déterminer le nombre de fruits à laisser. Munissez-vous d’un sécateur, ou mieux, d’une épinette bien affûtée et désinfectée.

– pour les formes « érigées » les fruits se répartissent mieux. Enlever en premier les fruits qui se touchent, ce qui fournit aux carpocapses un abri hors du vent pour pondre leurs œufs !

– un arbre qui alterne fait une année des fruits, une année ses racines. On peut limiter cette alternance en éclaircissant les fruits les année d’abondance

-Si l’été est sec, l’arbre prépare peu de fruits pour l’année suivante. On peut voir que ces deux conditions étaient réunies l’année dernière.

22 aout 2019

La taille d’hiver n’a pas d’impact sur la vigueur de l’arbre, tandis qu’enlever des gourmands mal placés en fin juin/début juillet participe à réduire un excès de vigueur d’un arbre trop vigoureux, car l’énergie qu’ils ont consommée à pousser ne sera pas rendue à l’arbre. Il est préférable de les arracher à la main en juillet, avant l’aoûtement quand la cicatrisation se fait toute seule. Plus tard dans l’année on peut les enlever en utilisant un sécateur, mais de préférence, sans attendre la chute des feuilles.

– Si le printemps est sec, les fruits tomberont (c’est aussi le cas cette année)

– quand l’arbre est stressé, il favorise la production de végétation – la taille en verte est d’autant plus nécessaire. (réduire la vigueur, favoriser les fruits)

MAIS – les pommes de l’année prochaine se préparent cette année.

L’orientation d’un bourgeon (en fruit ou en branche) est déterminée l’année précédente au mois d’août !
C’est pourquoi forcer une légère arcure peut être souhaitable au mois de mai/juin quand les branches sont souples. Penser à ne pas trop ployer les branches mais juste de leur donner une légère orientation (pas plus de 45°) pour ralentir la sève et favoriser la production de bourgeons à fruits. Plus tard, l’arrivée des fruits accentuera la courbe vers le bas. Attention à « protéger » les branches de blessures de ficelles en insérant un bout de tissu ou autre pour que la ficelle ne soit pas en contact direct avec l’écorce.

Il y avait beaucoup d’autres conseils que ceux rapportés ici, mais c’était une matinée héroïque.

Et finalement, il est bon de savoir :

-qu’un arbre stressé favorise la production de végétation.
– pour les plantations de l’année, prévoir 40 l par semaine en une seule fois (avec paillage).
– que pour arroser nos pommiers il faudrait prévoir 200 l d’eau deux fois par mois .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *