Cours, Verger de Marvoisie, Verger du Grand Saule

Avril: LPO – Croqueurs de Pommes…

 

On n’arrête plus ! Et comme l’indique le titre, ce mois d’avril nous nous sommes fait aussi accompagnés, le vendredi 6, par le LPO (qui chercher actuellement des volontaires pour l’obervation des buzzards cendrés en Isère) qui sont venus à deux nous installer des nids aux mésages bleue, mésage charbonnière, et bergeronette . MERCI


Et des Croqueurs de Pommes, venus le samedi 24 pour nous apprendre à faire une greffe en couronne.
20180421_145327' (Medium)

Entre les deux, nous avons terminé la taille au Grand Saule, sous l’œil avisé de Monsieur Chatelet, pendant que d’autres ont dégagé les herbes autour des arbres, au Grand Saule le samedi 7 et 14 et à Marvoisie le 24 et arrosé surtout les plus jeunes arbres avec le purin d’ortilles, prêle et consoude, préparé par Chantal,  pour les nourrir.

Il y aura à dire sur l’invasion d’asters sur le verger de Grand Saule, fleures tellement apprécié par les abeilles, mais qui hébergent des cicadelles, qui abîment l’écorce des arbres …. mais bon ..c’est le printemps, et on n’arrête plus 🙂

Cours, Verger du Grand Saule

24 mars: apprendre à faire des greffes

Fondamentalement – pour faire prendre le greffon sur le porte greffe, il faut qu’il y a ait un maximum du cambium de l’un en contacte protégé avec le cambium de l’autre. (voir l’illustration du cambium sur cette page des croqueurs d’Anjou). Cependant, les manières de réussir ce tour de force sont multiples et variées, et après des démonstrations très claires autour d’une table (merci pour la table Thomas du Citrouille et Compagnie 🙂 ) tout le monde s’est entassé dans la pépinière pour la mettre en pratique …. le temps nous dira les résultats.
Merci infiniment à Pierre et Jean-Luc, des Croqueurs du « Confluent Ain-Isère-Savoie » d’être venus passer la matinée à partager votre savoir avec nous.

Cours, Verger du Grand Saule

Cours pratique de taille: Samedis 3 et 17 mars

L’enthousiasme à l’envers et contre tout:pluie

Le premier jour prévu pour la taille des arbre a trouvé la neige par terre et avec un température ressenti dans les moins 2 ou 3 ! Les quatre vaillants membres des Croqueurs de pommes, venus de l’Ain pour l’occasion, se sont fait surpris par le mauvais temps, car il faisait plus clément chez eux ! Il y avais 5 membres de l’AAM pour les accueillir et cueillir leurs conseils (que l’on peut lire ici ).
Alors un peu de pluie le 17 mars n’as pas découragé nos membres, qui sont venu nombreux pour démarrer la taille de leurs arbres 🙂

Activités, Cours, Verger de Marvoisie

Prélèvement de greffons à Marvoisie – samedi le 13 janvier

IMG_2845.jpgEn effet, pour les fruit à noyau, les greffons sont prélevés AVANT le 15 janvier, et pour les fruit à pépins jusqu’au fin février. Ils sont ensuite gardés au noir dans le frigo, afin qu’au moment du greffage le greffon a un retard végétatif par rapport au porte greffe, ce qui augment la chance du succès. Un membre nous a trouvé ce mémo très utile

espèces, Non classé

Malus sieversii est bien l’ancêtre de toutes les pommes cultivées !

 

POMMIER-malus-sieversii-pepinire-lavergne-1442697054a

C’est la pomme originelle dont descendent toutes celles que nous connaissons aujourd’hui , et cette variété est présente sur notre verger de MARVOISIE
C’est en Asie Centrale, au Kazakhstan, au cœur des montagnes célestes du Tian Shan, a dans des forêts ancestrales que se cache le secret de l’origine de tous les pommiers duu monde , les ancêtres de nos pommiers actuels : les pommiers Malus sieversii
Ces pommiers existaient déjà il y a plus de 65 millions d’années en même temps que les dinosaures. Ils peuvent atteindre 30 mètres de haut, vivre jusqu’à 300 ans et surtout ils donnent d’énormes quantités des pommes aux couleurs, tailles et goûts extrêmement variés.
Une saveur que l’on doit aux ours du Tian Shan.. Qui se nourrissaient des fruits et en dispersaient les graines partout dans les montagnes grâce à leurs déjections …. les pommes ramassées par les nomades du Kazakhstan, voyagent depuis 10 000 ans avant notre ère au gré des déplacements de populations.
Chez Malus sieversii, depuis des millions d’années selon le principe de la sélection naturelle à en vivant à l’état sauvage et grâce au constant brassage génétique, ces pommiers ont su développer des gènes de résistance aux principaux fléaux ,ces maladies qui ravagent nos pommiers clonées ,greffées …
Ces forêts de pommiers sauvages originels portent en elles un patrimoine génétique d’une richesse inestimable. Voir « les origines de la pomme »

Cours, Outils

Cuisine de l’arboriculteur

Il est important quand on taille des végétaux, arbres ou autres, de veiller à ne pas transmettre de maladies d’une plante à l’autre par le biais des lames de l’outil de coupe. L’idéal serait d’en avoir un pour les plantes saines et un pour les plantes malades mais ça n’empêche pas de veiller à désinfecter les outils. Une des possibilités est de passer la lame à la flamme, et pour ça, pourquoi pas avec un chalumeau de cuisine ? Facile à emmener sur le verger, il pourra même servir à caraméliser le dessus d’une crème brûlée !IMG_1691

Cours

Les nichoirs

Lors du cours sur l’entretien des vergers en automne et hiver, M. Scherrer nous a parlé des nichoirs, pour insectes et pour oiseaux. En facilitant l’installation de chrysopes par exemples, on peut lutter contre la prolifération des pucerons (les larves de cet insectes en sont friandes). Les mésanges sont des alliées efficaces contre les chenilles et les carpocapses qui s’attaquent aux pommes.

La fabrication de tels nichoirs pourrait occuper les longues soirées d’hiver ou les samedis matins quand les intempéries empêchent de s’occuper des vergers…

Nichoir à chrysopes

Nichoir à mésanges, la dimension de l’ouverture détermine l’espèce qui pourra élire la boîte pour faire son nid. Il est important de vérifier l’état de ces nichoirs, notamment en changeant la litière et en évacuant l’ancienne, sinon l’accumulation de matériaux empêchera la nidification.

Qui dit nichoirs, dit aussi mangeoires pour aider ces auxiliaires à traverser l’hiver. Il existe une grande variété de modèles, depuis ceux du commerce jusqu’à ceux bricolés avec une bouteille en plastique, l’important étant, comme pour les nichoirs de veiller à ce que cette installation ne facilite pas la prédation (par exemple, il vaut mieux ne pas mettre de bâtonnet devant l’entrée du nichoir qui pourrait servir d’appui à une martre ou une fouine).